Principal Embauche 27 questions et réponses d'entretien d'embauche les plus courantes

27 questions et réponses d'entretien d'embauche les plus courantes

Alors que certains recruteurs adopter une approche assez inhabituelle des questions d'entrevue , la plupart des entretiens d'embauche impliquent un échange de questions et réponses d'entretien courantes (y compris certaines des questions d'entrevue comportementales les plus souvent posées ). Voici quelques-unes des questions d'entrevue les plus courantes, ainsi que la meilleure façon d'y répondre.

1. 'Parlez-moi un peu de vous.'

Si vous êtes l'intervieweur, il y a beaucoup de choses que vous devriez déjà savoir : le CV et la lettre de motivation du candidat devraient vous en dire beaucoup, et LinkedIn et Twitter et Facebook et Google peuvent vous en dire plus.



L'objectif d'un entretien est de déterminer si le candidat sera exceptionnel dans le poste, ce qui signifie évaluer les compétences et l'attitude requises pour ce poste. A-t-elle besoin d'être un leader empathique ? Renseignez-vous là-dessus. A-t-elle besoin de faire entrer votre entreprise en bourse ? Renseignez-vous là-dessus.



Si vous êtes le candidat, expliquez pourquoi vous avez accepté certains emplois. Explique pourquoi tu es parti. Expliquez pourquoi vous avez choisi une certaine école. Partagez pourquoi vous avez décidé d'aller à l'école supérieure. Discutez des raisons pour lesquelles vous avez pris une année sabbatique pour parcourir l'Europe en sac à dos et de ce que vous avez retiré de cette expérience.

Lorsque vous répondez à cette question, reliez les points sur votre CV afin que l'intervieweur comprenne non seulement ce que vous avez fait, mais aussi Pourquoi .



2. « Quelles sont vos plus grandes faiblesses ? »

Chaque candidat sait comment répondre à cette question : il suffit de choisir une faiblesse théorique et de transformer par magie cette faille en une force déguisée !

Par exemple : « Ma plus grande faiblesse est d'être tellement absorbé par mon travail que je perds toute notion du temps. Chaque jour, je lève les yeux et réalise que tout le monde est rentré à la maison ! Je sais que je devrais être plus conscient de l'heure, mais quand j'aime ce que je fais, je ne peux penser à rien d'autre.

Donc votre « plus grande faiblesse » est que vous y consacrerez plus d'heures que tout le monde ? Génial.



Une meilleure approche consiste à choisir une faiblesse réelle, mais que vous travaillez à améliorer. Partagez ce que vous faites pour surmonter cette faiblesse. Personne n'est parfait, mais montrer vous êtes prêt à vous auto-évaluer honnêtement, puis à chercher des moyens de vous améliorer vient sacrément près.

3. « Quelles sont vos plus grandes forces ? »

Je ne sais pas pourquoi les intervieweurs posent cette question ; votre curriculum vitae et votre expérience devraient mettre en évidence vos points forts.

Même ainsi, si on vous le demande, fournissez une réponse précise et précise. Soyez clair et précis. Si vous êtes un excellent résolveur de problèmes, ne vous contentez pas de dire que : Fournissez quelques exemples, pertinents pour l'ouverture, qui prouver vous êtes un excellent résolveur de problèmes. Si vous êtes un leader émotionnellement intelligent, ne vous contentez pas de dire cela : donnez quelques exemples qui prouvent tu sais répondre à la question non posée .

Bref, ne prétendez pas seulement avoir certains attributs -- prouver vous avez ces attributs.

4. « Où vous voyez-vous dans cinq ans ? »

Les réponses à cette question vont de deux manières fondamentales. Les candidats essaient de montrer leur incroyable ambition (car c'est ce qu'ils pensent que vous voulez) en fournissant une réponse extrêmement optimiste : « Je veux votre travail ! Ou ils essaient de montrer leur humilité (parce que c'est ce qu'ils pensent que vous voulez) en fournissant une réponse douce et autodérision : « Il y a tellement de gens talentueux ici. Je veux juste faire un excellent travail et voir où mes talents me mènent.

Dans les deux cas, vous n'apprenez rien, à part peut-être à quel point les candidats peuvent se vendre.

Pour les intervieweurs, voici une meilleure question : « Quelle entreprise aimeriez-vous démarrer ? »

Cette question s'applique à toute organisation, car chaque employé de chaque entreprise doit avoir un état d'esprit entrepreneurial.

L'entreprise qu'un candidat aimerait créer vous parle d'elle espoirs et rêves , ses intérêts et ses passions, le travail qu'elle aime faire, les gens avec qui elle aime travailler - alors asseyez-vous et écoutez.

5. « Parmi tous les candidats, pourquoi devrions-nous vous embaucher ?

Puisqu'un candidat ne peut pas se comparer à des personnes qu'il ne connaît pas, tout ce qu'il peut faire, c'est décrire sa passion, son désir et son engagement incroyables et... eh bien, en gros, mendier pour le poste. (Beaucoup trop d'intervieweurs posent la question puis s'assoient, les bras croisés, comme pour dire : 'Allez-y. Je vous écoute. Essayez de me convaincre.')

Et vous n'apprenez rien de substantiel.

Voici une meilleure question : « De quoi pensez-vous que j'ai besoin de savoir que nous n'avons pas discuté ? » Ou même « Si vous pouviez reprendre l'une de mes questions, comment y répondriez-vous maintenant ? »

Les candidats arrivent rarement à la fin d'un entretien avec le sentiment d'avoir fait de leur mieux. Peut-être que la conversation est allée dans une direction inattendue. Peut-être que l'intervieweur s'est concentré sur un aspect de ses compétences et a totalement ignoré d'autres attributs clés. Ou peut-être que les candidats ont commencé l'entretien de manière nerveuse et hésitante, et souhaiteraient maintenant pouvoir revenir en arrière et mieux décrire leurs qualifications et leur expérience.

De plus, pensez-y de cette façon : votre objectif en tant qu'intervieweur est d'apprendre autant que possible sur chaque candidat, alors ne voulez-vous pas leur donner la chance de vous assurer de le faire ?

Assurez-vous simplement de transformer cette partie de l'entretien en conversation et non en monologue. Ne vous contentez pas d'écouter passivement et de dire ensuite « Merci ». Nous serons en contact.' Posez des questions de suivi. Demandez des exemples.

Et bien sûr, si on vous pose cette question, profitez-en pour mettre en évidence des choses que vous n'avez pas pu aborder.

6. « Comment avez-vous appris l'ouverture ? »

Sites d'emploi, offres d'emploi générales, listes en ligne, salons de l'emploi - la plupart des gens trouvent leurs premiers emplois de cette façon, ce n'est donc certainement pas un signal d'alarme.

Mais un candidat qui continue à trouver chaque emploi successif à partir d'annonces générales n'a probablement pas compris ce qu'il veut faire - et où il aimerait le faire.

Il ou elle cherche juste un emploi ; souvent, quelconque travail.

Alors ne vous contentez pas d'expliquer comment vous avez entendu parler de l'ouverture. Montrez que vous avez entendu parler du poste par l'intermédiaire d'un collègue, un employeur actuel, en suivant l'entreprise - montrez que vous connaissez le poste parce que tu veux y travailler .

Les employeurs ne veulent pas embaucher des gens qui veulent juste un emploi; ils veulent embaucher des gens qui veulent un emploi avec leur entreprise.

7. 'Pourquoi veux-tu cette travail?'

Allez maintenant plus loin. Ne vous contentez pas de parler des raisons pour lesquelles il serait agréable de travailler pour l'entreprise ; expliquez en quoi le poste correspond parfaitement à ce que vous espérez accomplir, à court et à long terme.

Et si vous ne savez pas pourquoi la position vous convient parfaitement, cherchez ailleurs. La vie est trop courte.

cuantos años tiene robb bank $

8. « Quelle est, selon vous, votre plus grande réussite professionnelle ? »

Voici une question d'entrevue qui nécessite certainement une réponse pertinente à l'emploi. Si vous dites que votre plus grande réussite a été d'améliorer le débit de 18% en six mois, mais que vous passez un entretien pour un poste de direction dans les ressources humaines, cette réponse est intéressante mais finalement non pertinente.

Au lieu de cela, parlez d'un employé sous-performant que vous avez « sauvé », ou de la façon dont vous avez surmonté les querelles internes entre les départements, ou du nombre de vos subordonnés directs qui ont été promus.

L'objectif est de partager les réalisations qui permettent à l'intervieweur de vous imaginer dans le poste - et de vous voir réussir.

9. « Parlez-moi de la dernière fois qu'un collègue ou un client s'est mis en colère contre vous. Qu'est-il arrivé?'

Le conflit est inévitable lorsqu'une entreprise travaille dur pour faire avancer les choses. Des erreurs se produisent. Bien sûr, les forces viennent au premier plan, mais les faiblesses font également leur apparition. Et c'est OK. Personne n'est parfait.

Mais une personne qui a tendance à rejeter le blâme - et la responsabilité de rectifier la situation - sur quelqu'un d'autre est un candidat à éviter. Les responsables du recrutement préfèrent de loin choisir des candidats qui ne se concentrent pas sur le blâme mais sur la résolution et la résolution du problème.

Chaque entreprise a besoin d'employés qui admettent volontiers qu'ils ont tort, s'engagent à s'approprier la résolution du problème et, plus important encore, apprennent de l'expérience.

10. « Décrivez le travail de vos rêves ».

Trois mots décrivent comment vous devez répondre à cette question : pertinence, pertinence, pertinence.

Mais cela ne signifie pas que vous devez inventer une réponse. Vous pouvez apprendre quelque chose de chaque travail. Vous pouvez développer des compétences dans tous les emplois. Travaillez en arrière : identifiez les éléments du poste pour lequel vous passez un entretien qui vous aideront si vous décrochez l'emploi de vos rêves un jour, puis décrivez comment ces éléments s'appliquent à ce que vous espérez faire un jour.

Et n'ayez pas peur d'admettre que vous pourriez un jour passer à autre chose, que ce soit pour rejoindre une autre entreprise ou - mieux - pour commence ton propre business . Les employeurs ne s'attendent plus à des employés « pour toujours ».

11. « Pourquoi voulez-vous quitter votre emploi actuel ? »

Commençons par ce que vous ne devrait pas dire (ou, si vous êtes l'intervieweur, quels sont les drapeaux rouges définitifs).

Ne parlez pas de la difficulté de votre patron. Ne dites pas que vous ne pouvez pas vous entendre avec les autres employés. Ne dénigrez pas votre entreprise.

Au lieu de cela, concentrez-vous sur les aspects positifs qu'un déménagement apportera. Parlez de ce que vous voulez réaliser. Parlez de ce que vous voulez apprendre. Parlez des façons dont vous voulez grandir, des choses que vous voulez accomplir ; expliquez en quoi un déménagement sera bon pour vous et pour votre nouvelle entreprise.

Se plaindre de votre employeur actuel, c'est un peu comme les gens qui bavardent : si vous êtes prêt à dire du mal de quelqu'un d'autre, vous ferez probablement la même chose avec moi.

12. « Quel type d'environnement de travail préférez-vous ? »

Peut-être que vous aimez travailler seul, mais si le poste pour lequel vous passez un entretien est dans un centre d'appels, cette réponse ne vous servira à rien.

Prenez donc du recul et réfléchissez au poste pour lequel vous postulez et à la culture de l'entreprise (car chaque entreprise en a un, qu'il soit intentionnel ou non). Si un horaire flexible est important pour vous, mais que l'entreprise n'en propose pas, concentrez-vous sur autre chose. Si vous aimez une direction et un soutien constants et que l'entreprise attend des employés qu'ils s'autogèrent, concentrez-vous sur autre chose.

Trouvez des moyens de mettre en évidence comment l'environnement de l'entreprise fonctionnera bien pour vous - et si vous ne pouvez pas trouver de moyens, n'acceptez pas le travail, car vous serez malheureux.

13. 'Parlez-moi de la décision la plus difficile que vous ayez eu à prendre au cours des six derniers mois.'

Le but de cette question est d'évaluer la capacité de raisonnement du candidat, ses compétences en résolution de problèmes, son jugement et peut-être même sa volonté de prendre des risques intelligents.

Ne pas avoir de réponse est un signe d'avertissement certain. Toutes les personnes prend des décisions difficiles, quelle que soit leur position. Ma fille travaillait à temps partiel comme serveuse dans un restaurant local et prenait tout le temps des décisions difficiles, comme la meilleure façon de traiter avec un client régulier dont le comportement constituait un harcèlement limite.

Une bonne réponse prouve que vous pouvez prendre une décision analytique ou fondée sur un raisonnement difficile - par exemple, parcourir des tonnes de données pour déterminer la meilleure solution à un problème.

Une bonne réponse prouve que vous pouvez prendre une décision interpersonnelle difficile, ou mieux encore, une décision difficile basée sur des données qui inclut des considérations et des ramifications interpersonnelles.

Prendre des décisions basées sur des données est important, mais presque chaque décision a également un impact sur les gens. Les meilleurs candidats pèsent naturellement tous les aspects d'un problème, pas seulement le côté commercial ou humain exclusivement.

14. « Quel est votre style de leadership ? »

C'est une question difficile à répondre sans tomber dans les platitudes. Essayez plutôt de partager des exemples de leadership. Dites : « La meilleure façon pour moi de répondre à cette question est de vous donner quelques exemples de défis de leadership auxquels j'ai été confronté », puis partagez des situations où vous avez résolu un problème, motivé une équipe, traversé une crise. Expliquer quelle vous l'avez fait et cela donnera à l'intervieweur une bonne idée de la façon dont vous dirigez.

Et, bien sûr, il vous permet de mettre en évidence quelques-uns de vos succès.

15. « Parlez-moi d'une fois où vous n'étiez pas d'accord avec une décision. Qu'est-ce que tu as fait?'

Personne n'est d'accord avec toutes les décisions. Les désaccords, c'est bien ; c'est ce que vous faites lorsque vous n'êtes pas d'accord qui compte. (Nous connaissons tous des gens qui aiment avoir la « réunion après la réunion », où ils ont soutenu une décision lors de la réunion, mais ils la sapent ensuite.)

Montrez que vous étiez professionnel. Montrez que vous avez soulevé vos préoccupations de manière productive. Si vous avez un exemple qui prouve que vous pouvez apporter des changements, tant mieux - et si vous ne le faites pas, montrez que vous pouvez soutenir une décision même si vous pensez qu'elle est mauvaise (tant que ce n'est pas contraire à l'éthique, immoral, etc.).

Chaque entreprise veut que les employés soient prêts à être honnêtes et francs, à partager leurs préoccupations et leurs problèmes, mais aussi à soutenir une décision et à la soutenir comme s'ils étaient d'accord, même s'ils ne l'ont pas fait.

16. « Dites-moi comment vous pensez que les autres vous décriraient ».

Je déteste cette question. C'est un jetable total. Mais je l'ai demandé une fois et j'ai obtenu une réponse que j'ai vraiment aimée.

'Je pense que les gens diraient que ce que vous voyez est ce que vous obtenez', a déclaré le candidat. « Si je dis que je vais faire quelque chose, je le fais. Si je dis que j'aiderai, j'aide. Je ne suis pas sûr que tout le monde m'aime, mais ils savent tous qu'ils peuvent compter sur ce que je dis et sur la façon dont je travaille dur.'

Je ne peux pas battre ça.

17. « Que pouvons-nous attendre de vous au cours de vos trois premiers mois ? »

Idéalement, la réponse à cette question devrait venir de l'employeur : ils devraient avoir des plans et des attentes pour vous.

Mais si on vous le demande, utilisez ce cadre général :

  • Vous travaillerez dur pour déterminer comment votre travail crée de la valeur - vous ne resterez pas seulement occupé, vous resterez occupé à faire les bonnes choses.
  • Vous apprendrez à servir tous vos électeurs - votre patron, vos employés, vos pairs, vos clients et vos fournisseurs et vendeurs.
  • Vous vous concentrerez sur ce que vous faites le mieux - vous serez embauché parce que vous apportez certaines compétences, et vous appliquerez ces compétences pour faire bouger les choses.
  • Vous ferez une différence - avec les clients, avec les autres employés, pour apporter de l'enthousiasme et de la concentration, ainsi qu'un sens de l'engagement et du travail d'équipe.

Ensuite, ajoutez simplement les détails qui s'appliquent à vous et au travail.

18. « Qu'aimez-vous faire en dehors du travail ? »

De nombreuses entreprises estiment que l'adéquation culturelle est extrêmement importante et elles utilisent des intérêts extérieurs pour déterminer comment vous vous intégrerez dans une équipe.

Même ainsi, ne soyez pas tenté de mentir et de prétendre profiter de passe-temps que vous n'aimez pas. Concentrez-vous sur les activités qui indiquent une sorte de croissance : les compétences que vous essayez d'acquérir, les objectifs que vous essayez d'accomplir. Intégrez-les avec des détails personnels. Par exemple, « J'élève une famille, donc une grande partie de mon temps est consacrée à cela, mais j'utilise mon temps de trajet pour apprendre l'espagnol ».

19. « Quel était votre salaire dans votre dernier emploi ? »

Ceci est une question difficile. Vous voulez être ouvert et honnête, mais franchement, certaines entreprises posent la question dès le début des négociations salariales.

Essayez une approche recommandée par Liz Ryan. Lorsqu'on vous le demande, dites : « Je me concentre sur des travaux d'une valeur de 50 000 $. Cette position se situe-t-elle dans cette fourchette ? » (Franchement, vous devriez déjà le savoir - mais c'est un bon moyen de dévier.)

Peut-être que l'intervieweur répondra ; peut-être qu'elle ne le fera pas. Si elle vous presse pour une réponse, vous devrez décider si vous voulez partager ou refuser. En fin de compte, votre réponse n'aura pas trop d'importance, car soit vous accepterez le salaire proposé, soit vous ne l'accepterez pas, selon ce que vous pensez être juste.

20. ‘’Un escargot est au fond d’un puits de 30 pieds. Chaque jour, il grimpe de trois pieds, mais la nuit, il recule de deux pieds. Combien de jours lui faudra-t-il pour sortir du puits ?

Des questions comme celles-ci sont devenues beaucoup plus populaires (merci Google) ces dernières années. L'intervieweur ne cherche pas nécessairement la bonne réponse mais plutôt un petit aperçu de vos capacités de raisonnement.

Tout ce que vous pouvez faire est de parler de votre logique pendant que vous essayez de résoudre le problème. N'ayez pas peur de rire de vous-même si vous vous trompez. Parfois, l'intervieweur essaie simplement d'évaluer comment vous gérez l'échec.

21. « Quelles questions avez-vous pour moi ? »

Ne perdez pas cette opportunité. Posez des questions intelligentes, non seulement pour montrer que vous êtes un excellent candidat, mais aussi pour voir si l'entreprise vous convient. Après tout, vous êtes interviewé, mais vous interviewez également l'entreprise.

Voici:

22. « Qu'est-ce que vous attendez de moi au cours des 90 premiers jours ? »

Si on ne vous a pas posé cette question, posez-la vous-même. Pourquoi? Les grands candidats veulent se lancer. Ils ne veulent pas passer des semaines ou des mois à « apprendre à connaître l'organisation ». Ils ne veulent pas passer beaucoup de temps à s'orienter, à s'entraîner ou à chercher inutilement à se mouiller les pieds.

Ils veulent faire une différence -- et ils veulent faire cette différence à l'heure actuelle .

23. « Quels sont les trois traits communs à vos meilleurs élèves ? »

Les bons candidats veulent aussi être de bons employés. Ils savent que chaque organisation est différente, tout comme les principales qualités des plus performants de ces organisations. Peut-être que vos plus performants travaillent de plus longues heures. Peut-être que la créativité est plus importante que la méthodologie. Il est peut-être plus important d'attirer constamment de nouveaux clients sur de nouveaux marchés que de nouer des relations clients à long terme. Peut-être que la clé est la volonté de passer le même temps à éduquer un client débutant qu'à aider un passionné qui veut un équipement haut de gamme.

Les bons candidats veulent savoir, car 1) ils veulent savoir s'ils s'intégreront et 2) s'ils s'intègrent, ils veulent savoir comment ils peuvent être les plus performants.

24. 'Qu'est-ce que vraiment entraîne des résultats dans ce travail ? »

Les employés sont des investissements, et vous vous attendez à ce que chaque employé génère un retour positif sur son salaire. (Sinon, pourquoi les avez-vous sur la liste de paie ?)

Dans chaque travail, certaines activités font une plus grande différence que d'autres. Vous avez besoin de votre équipe RH pour pourvoir les offres d'emploi, mais ce que vous voulez vraiment, c'est qu'elle trouve les bons candidats, car cela se traduit par des taux de rétention plus élevés, des coûts de formation inférieurs et une meilleure productivité globale.

Vous avez besoin de vos techniciens de service pour effectuer des réparations efficaces, mais ce que vous voulez vraiment, c'est que ces techniciens identifient des moyens de résoudre les problèmes et offrent d'autres avantages - en bref, pour établir des relations avec les clients et même générer des ventes supplémentaires.

Les bons candidats veulent savoir ce qui fait vraiment la différence et génère des résultats, car ils savent qu'aider l'entreprise à réussir signifie qu'ils réussiront également.

25. « Quels sont les objectifs les plus prioritaires de l'entreprise cette année et comment mon rôle y contribuerait ? »

Le poste que le candidat remplira est-il important? Est-ce que ce travail matière ?

Les bons candidats veulent un travail qui a du sens, avec un objectif plus large - et ils veulent travailler avec des personnes qui abordent leur travail de la même manière.

Sinon, un travail n'est qu'un travail.

26. « Quel pourcentage d'employés a été recruté par les employés actuels ? »

Les employés qui aiment leur travail recommandent naturellement leur entreprise à leurs amis et pairs. Il en va de même pour les personnes occupant des postes de direction - les gens essaient naturellement de faire appel à des personnes talentueuses avec lesquelles ils ont travaillé auparavant. Ils ont noué des relations, développé la confiance et montré un niveau de compétence qui a poussé quelqu'un à faire tout son possible pour les suivre dans une nouvelle organisation.

Et tout cela témoigne incroyablement bien de la qualité du lieu de travail et de la culture.

27. 'Qu'est-ce que tu comptes faire si...?'

Chaque entreprise est confrontée à un défi majeur : évolutions technologiques, entrée de concurrents sur le marché, évolution des tendances économiques. Il y a rarement un fossé de Warren Buffett protégeant une petite entreprise.

Ainsi, même si certains candidats considèrent votre entreprise comme un tremplin, ils espèrent toujours une croissance et un avancement. S'ils finissent par partir, ils veulent que ce soit à leurs conditions, pas parce que vous avez été contraint à la cessation d'activité.

Dites que je passe un entretien pour un poste dans votre magasin de ski. Un autre magasin ouvre à moins d'un kilomètre : comment comptez-vous faire face à la concurrence ? Ou vous dirigez une ferme avicole (une énorme industrie dans ma région) : que ferez-vous pour faire face à la hausse des coûts des aliments pour animaux ?

Les bons candidats ne veulent pas seulement savoir ce que vous pensez ; ils veulent savoir ce que vous prévoyez de faire - et comment ils s'intégreront dans ces plans.